La communication non verbale

Qu’est-ce que la communication non verbale?

La communication non verbale englobe les gestes, postures, expressions faciales, ton de la voix, etc., qui complètent le message auditif. Elle exprime les émotions, les sentiments ainsi que les valeurs. Cette communication renforce et crédibilise le message verbal lorsqu’elle est adaptée, mais peut décrédibiliser si elle est inadaptée.

Comment se fait la communication non verbale

On envoie et on reçoit en permanence des signes non verbaux qui transitent par des expressions du visage, des gestes et postures, le ton de notre voix, l’habillement, la coiffure, le maquillage, l’odeur, les silences et le toucher. Le langage non verbal permet la communication entre personnes de langues différentes : le rire et l’expression de la douleur sont les expressions non verbales les plus universelles. Cependant, ces signaux ne sont pas universels et ils doivent être interprétés en fonction du contexte. La signification d’un geste dépend de la situation, de l’émetteur, du récepteur, de la culture, de la religion. Exemple : les vêtements blancs ou noirs pour le deuil, selon la pratique religieuse dans différents pays.

Lors d’une interaction sociale, ce n’est pas seulement ce que vous racontez qui est important mais également la manière de le dire. Pour bien contrôler sa communication interpersonnelle, il est donc essentiel de comprendre notre communication non verbale.

Le silence

Les silences font intégralement partie de la communication, car ils expriment quelque chose et qu’ils sont indispensables à l’écoute de l’autre. Certains silences sont lourds de sens et il existe plusieurs types :

  • La personne furieuse, offensée ou irritée qui se contient, qui n’est pas en paix avec elle-même et avec les autres et cherche à s’isoler.
  • La personne qui s’ennuie exprime le retrait et l’isolement des autres.
  • La personne qui n’a rien à dire à un inconnu, ce silence d’indifférence se produit lorsqu’il n’y a pas la volonté de communiquer avec l’autre.

Chaque silence doit être interprété et analysé en fonction du contexte. Il faut faire très attention de ne pas produire d’inférences dans cette interprétation, car cela revient à donner un sens à ce qui semble vide. Un silence peut être approprié ou inapproprié (comme des paroles).

Le paralangage

Le paralangage va au-delà des mots prononcés. Il inclut le timbre et le volume de la voix, le rythme des mots, les coupures d’une phrase. Le paralangage entoure les mots et exprime les sentiments à travers la façon dont ils sont dits. Exemple : « OUI, je vais le faire » peut être pris dans de multiples sens.

Les gestes et attitudes

  • Premiers moyens de communication entre les humains.
  • Accompagne et complète le message verbal.
  • Se manifeste par des postures qui peuvent concerner : la tête, le buste, le bassin, les jambes et les bras. Ex. hochement de la tête : approbation, le poing levé : révolte, etc.

Lorsque nous sommes mis en cause ou interpellés, nous avons alors des gestes barrières. Parmi les plus courants :

  • Les mains sur les oreilles, sur les yeux ou sur la bouche.
  • Les bras croisés.
  • Se frotter les mains.
  • Les formes de réajustement : la mèche des cheveux.

On communique également à travers des signes conventionnels :

  • Le doigt pointé vers la porte : « sortez ! »
  • Le signe de la main pour dire « au revoir »
  • Le hochement de la tête pour dire « oui »
  • Le battement de mains (applaudissement) : satisfaction

Expressions faciales, mimiques et mouvements corporels

Ce sont les expressions de visage qui expriment des émotions : la joie, la tristesse, la colère, la peur, etc. Ces mimiques peuvent renforcer le message, mais elles peuvent le modifier et changer sa signification.

  • Le clin d’oeil indique que ce qui est dit ne doit pas être pris au sérieux.
  • Le regard soutenu signifie une intention hostile.
  • Le regard panoramique est destiné à impliquer tous les interlocuteurs.

Ils peuvent être voulus tel que le sourire à une personne, mais souvent ils sont incontrôlés et involontaires. Ils font partie intégrante de notre comportement global. Le regard, est certainement la partie du corps qui exprime le plus de nous-mêmes. « Les yeux sont le miroir de l’âme. » Il est capital de tenir compte des expressions faciales et des mouvements corporels afin d’éviter les malentendus.

Le langage d’objet – l’apparence

L’apparence correspond à l’allure générale d’une personne. C’est ce que l’on voit en premier lieu : le vêtement, la coiffure, le maquillage, les accessoires. C’est un élément majeur des premières impressions que l’on a d’une personne.

Le choix des vêtements et des accessoires est fait généralement en fonction de l’âge, du physique, de la

situation professionnelle, des goûts personnels, du milieu social, etc. Par le choix de notre tenue, nous voulons donner une certaine image de nous-mêmes. Il y a lieu de distinguer trois types d’images :

  • L’image projetée : image de soi.
  • L’image souhaitée : celle que l’on aimerait donner.
  • L’image reçue : celle qui est perçue par les autres.

La façon dont une personne s’habille renvoie consciemment ou inconsciemment désir d’appartenance à un groupe ou de distinction d’un groupe. L’habillement est aujourd’hui indissociable d’un style : traditionnel, gothique, artistes, banquier, militaires, etc. Les vêtements expriment :

  • Des émotions et des sentiments : Les couleurs vives expriment la vie, les couleurs sombres, la mort.
  • Des messages sexuels : Les minijupes, les jeans, les décolletés, etc.
  • Des statuts sociaux : Le costume, la blouse, la combinaison, etc.

Les objets que nous portons (bijoux, parfum, chaussures, chapeau,) parlent de nous, de nos valeurs, de nos priorités, de notre histoire, de notre culture, etc. Ils renvoient aux significations que nous leur attribuons. Ces objets qu’ils soient vestimentaires ou accessoires ou autres parlent de nous, qu’on le veuille ou non.

Le toucher

C’est l’un des premiers modes de communication de l’être humain. (L’enfant qui en est privé peut en souffrir toute sa vie). C’est le mode de communication le plus fort qui soit. Dans nos sociétés occidentales, il est réservé aux intimes. Ce mode de communication est plus ou moins développé selon les cultures et les civilisations.

Les rituels

Il s’agit de pratiques habituelles, que l’on relève dans des situations courantes. On distingue le plus souvent les rituels de salutation, de séparation, de remerciements et de présentation. Ces rituels sont différents selon les cultures. Il existe, par exemple, différentes façons de se dire bonjour : en se serrant la main, en s’embrassant, en s’inclinant, etc. Ces rituels de salutation varient selon les pays, et aussi selon les milieux (famille, entreprise). Communiquer efficacement nécessite de connaître ces rituels afin de comprendre le comportement de nos interlocuteurs et aussi de les prendre en compte afin de ne pas les heurter.

L’espace

L’espace dans lequel se déroule une communication nous affecte également. La gestuelle est réalisée dans un espace. Cet espace est codifié. On connaît l’expression « garder ses distances » et chacun d’entre nous marque ses distances en parlant à l’autre. On distingue quatre zones de communication :

  • Zone intime (15 à 45 cm), ton de la confidence.
  • Zone personnelle (entre 45 et 1,20 m), relations professionnelles, voire amicales.
  • Zone sociale (1,20 à 3,50 m), marque la fonction de chacun.
  • Zone publique (> 3,50 m), face à un public.