Les aidants

Les aidants

La maladie mentale peut être une épreuve exigeante et les personnes vivant avec cette problématique ont besoin de toute l’aide, l’appui et la compréhension de la part de leurs proches. Pour ces aidants, il n’est pas toujours facile de vivre avec cette situation et il n’y a pas de recette magique. Cependant, il y a quelques avenues à explorer qui peuvent aider ces proches.

Comprendre la maladie

La maladie mentale ne fait pas de distinction et peut toucher n’importe qui. Il est important de s’informer sur le trouble de santé mentale avec lequel la personne vit. Certains comportements, attitudes, souffrances peuvent nous sembler étrange, menaçant ou sans importance mais il faut se rappeler que cela fait partie de sa réalité. S’informer permet de mieux comprendre ce que la personne vit et ressent. Cela permet également d’être mieux outiller pour l’accompagner dans les moments plus difficiles. De plus, c’est en découvrant et en en parlant ouvertement que l’on contribue à éliminer les préjugés à l’égard de la maladie mentale.

S’adapter à la situation

Les troubles de santé mentale peuvent entraîner des changements au niveau de l’humeur, des émotions, des comportements et des relations avec les autres. Ces changements ne sont pas toujours faciles et peuvent avoir des conséquences sur la personne mais également sur son entourage. Pour s’adapter aux répercussions que cela peut avoir sur leur propre vie, les proches peuvent utiliser certaines stratégies qui peuvent les aider.

  • Prendre les choses au jour le jour, aborder un problème à la fois.
  • Modifier les attentes envers la personne mais également envers la personne aidante.
  • Respecter le plus possible le rythme de chacun.
  • Lâcher prise face à des situations que l’on ne peut changer.

Les émotions

Être à l’écoute

Les personnes vivants avec un trouble de santé mentale peuvent vivent des bouleversements émotifs importants, non seulement à cause de leur maladie mais aussi en raison des conséquences que cette dernière a sur leur vie.

La première chose à faire pour aider un proche, c’est de l’écouter, sans juger, sans forcer. Il est important de suivre le rythme de la personne et de rester disponible s’il a besoin.

Cependant, il est important de ne pas se laisser envahir par les émotions ou la souffrance de la personne. Si la situation devient trop difficile, il ne faut pas hésiter à demander de l’aide.

Reconnaître nos émotions

La maladie d’un proche nous fait vivre également plusieurs émotions. Chaque membre de l’entourage réagit différemment selon son âge et son expérience. Reconnaître les émotions et en parler peut aider à prendre du recul et à mieux gérer la situation. Que ce soit de se confier à un ami, contacter un professionnel de la santé ou s’adresser à un organisme communautaire, l’important est de pouvoir ventiler et avoir de l’aide pour pouvoir mieux aider la personne tout en se protégeant.

Voir plus que la maladie

La maladie ne doit pas prendre toute la place. En regardant davantage les bons côtés de la personne et en cherchant à passer de bons moments avec elle, cela contribue à maintenir une saine relation.

Le quotidien

Favoriser l’autonomie

Encourager la personne à accomplir des tâches, lui faire confiance, lui confier des responsabilités sont tous des moyens qui augmente son estime de soi, favorise à reprendre le contrôle sur la vie et protège également le proche de l’épuisement.

Prendre soin de soi
  • Mettre et respecter ses limites.
  • Demander de l’aide.
  • S’occuper de soi (Bien manger, faire de l’exercice, voir des amis, se faire plaisir, etc).
Éviter l’isolement
  • Démystifier la santé mentale.
  • Groupe d’entraide.
  • Combattre les préjugées.
Le traitement
  • Garder confiance.
  • Encourager le respect du traitement.
Prévenir le suicide
  • Faire attention aux signaux de détresse.
  • Écouter la personne.
  • En cas de doute, demander clairement à la personne si elle pense au suicide.
  • Encouragez la personne à aller chercher de l’aide.
  • Appeler le 911 pour urgence.

 


Source :
Ma santé mentale, j’en prends soins, Programme santé ACTI-MENU, Québec, 2010